Le Vrai Président des Etats-Unis n’est pas Donald Trump. C’est Steve Bannon.

Tous les Présidents des Etats-Unis ont leur conseiller fétiche. Ce confidant, issu de leur entourage personnel ou professionnel, a leur totale confiance et les aident à trancher lors de prises de décisions difficiles pour le pays. Bill Clinton avait Hillary; Georges Bush, son vice-président Dick Cheney; Obama, sa senior advisor Valerie Jarrett. Donald Trump ne rompt pas avec la tradition. Ce bras droit non officiel qui hante les couloirs de la Maison Blanche et qui fait encore plus peur que Trump lui-même, c’est Steve Bannon.

Ancien banquier chez Goldman Sachs puis directeur de Breitbart, le site de fake news ultra conservateur qui a sans aucun doute participé à la popularité de Trump, Steve Bannon se définit comme un nationaliste économique qui souhaite une déconstruction de l’Etat. Qu’est-ce que ça veut dire? Concrètement, peu d’impôts, mais aussi pas d’avantages sociaux ni de sécurité sociale (les Républicains ont déjà entamé un processus d’annulation de l’Obamacare), pas de protection de l’environnement (tiens donc, Trump a nommé un climato-sceptique à la tête de l’agence de protection de l’environnement), pas d’immigration (cf, la tentative de Muslim ban d’il y a quelques semaines) et pas d’accords commerciaux avec l’étranger (cf, l’annulation du TPP dès les premiers jours de la nouvelle présidence). Le “America First” prononcé par Trump lors de son inauguration, c’est du Bannon tout craché.

Le nouveau conseiller à la Maison Blanche est également persuadé que le monde judeo-chrétien est en déclin, et qu’il doit se défendre d’une Chine et d’un islam qui eux sont de plus en plus grandissants. Il pense qu’une guerre approche soit avec l’un, soit avec l’autre. Il appelle la future guerre contre l’islam le “4ème tournant de l’histoire des Etats-Unis, après la révolution, la guerre civile et la deuxième guerre mondiale”. Une vision du monde totalement alarmiste qui ne repose sur aucun fait, mais sur les sombres prédictions d’un écrivain méconnu. On vous laisse découvrir sa vision du monde dans cette très bonne vidéo du Huffington Post:

La phrase prononcée à la première minute et 24ème seconde, lorsque Bannon évoque les Musulmans, fait froid dans le dos. “Ce ne sont pas des gens qui sont à l’aise avec le principe de démocratie depuis des milliers d’années. Dans leur ADN, il y a quelque chose de plus profond, quand ils imaginent ce que serait une civilisation basée sur le jihad. Nous sommes au début d’un conflit brutal et sanglant. Une guerre qui va durer 100 ans.” Et ouais. Cet illuminé est aujourd’hui la personne qui conseille le Président des Etats-Unis.

Dans sa vision du monde, tout est un complot des élites contre le peuple. Il rejette donc les médias, qui à ses yeux font partie de cet establishment (Trump les méprise aussi, puisqu’ils sont la seule rempart entre ses mensonges et le peuple), et décide de prendre le contrôle de Breitbart en 2012 après la mort de son fondateur pour en faire la plateforme du mouvement ‘alt-right’ – comprenez, nationalistes blancs. Breitbart est LE site de fake news par excellence (parmi ses articles les plus ridicules, le réchauffement climatique est un canular, la pilule rend les femmes moches et folles, Obama est le fondateur de Daech, et Hillary Clinton est membre d’un réseau pédophile), dont le but est de valider le programme politique de Bannon. Anti Clinton et Obama, le site a définitivement donné un coup de pouce à Trump pour devenir le candidat ‘anti-establishment’ (la raison pour laquelle un milliardaire a été choisi pour lutter contre cet establishment m’échappe encore).

Sans aucune experience politique, Steve Bannon – en plus de conseiller Trump sur les grandes lignes à adopter – s’est également invité au Conseil de Sécurité Nationale, un petit groupe de généraux expérimentés triés sur le volet qui reçoit les informations les plus importantes en matière de sécurité intérieure et extérieure. C’est la première fois qu’une personne autre que le Secrétaire d’Etat a accès à ce comité sans être un haut général de l’armée Américaine. Et maintenant qu’on sait que Bannon veut que les Etats-Unis soient en guerre soit avec les pays musulmans, soit avec la Chine, on comprend pourquoi sa présence ne réassure pas grand monde, même du côté Républicain. Vu comme un homme dont la vision du monde est encore plus sombre que celle de Trump, Bannon disait lui-même en 2016Trump n’est qu’un instrument pour nous (les nationalistes blancs). Je ne suis pas sûr qu’il s’en rende compte”.

Quelques années plus tôt, avant d’être connu du grand public, il allait encore plus loin en confiant à Ronald Radosh “Je suis un Léniniste. Lénine voulait détruire la notion d’Etat, et c’est ce que je veux faire aussi. Je veux faire tout exploser, et détruire l’establishment”. Comme si tout cela n’en disait pas assez sur sa personnalité, Bannon aime aussi se comparer tout simplement au diable: “Tout ce qui est sinistre est bon”, disait-il au Hollywood Reporter il y a quelques mois. “Dick Cheney. Darth Vader. Satan. C’est ça, le pouvoir.” Un charmant personnage.

Alors, comment éloigner de la Maison Blanche ce dangereux psychopathe que personne n’a élu? Trump ne le gardera dans sa garde rapprochée que s’il est satisfait des résultats de sa présidence. Et pour l’instant, c’est pas gagné. En plus d’être le Président entrant le plus impopulaire de l’histoire des Etats-Unis, Trump est également en train d’agacer certains de ses électeurs, notamment les millions qui sont sur le point de perdre leur assurance maladie à cause de l’annulation de l’Obamacare. Si la tendance continue d’empirer, l’égo de Trump ne supportant pas l’impopularité, on ne peut qu’espérer un retour de la punchline qui l’a rendu célèbre dans ‘Celebrity Apprentice’. Un bon gros ‘You’re fired’ adressé à Bannon serait la première étape de déradicalisation d’un gouvernement qui pour l’instant va dans une bien triste direction.

More from The Rapporteuse

Le Site de la Maison Blanche Efface les Pages Dédiées Au Changement Climatique, à l’Assurance Maladie et aux Droits LBGT

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour être abasourdi par les premières actions...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *