John Oliver Revient sur HBO Pour Eduquer Trump au Concept de Réalité

Après un hiatus de trois mois, John Oliver et l’équipe de Last Week Tonight sont enfin de retour pour faire un bilan sur la situation à la fois risible et dangereuse dans laquelle le pays se trouve depuis qu’ils ont quitté l’antenne – et qu’un déséquilibré mental à la mèche folle a pris le contrôle du pays. Déséquilibré, car le problème avec Trump n’a rien à voir avec les différents politiques classiques. Le problème, c’est qu’on a affaire à quelqu’un qui ment de manière pathologique, et qui prend ensuite des décisions politiques capitales basées sur ces mensonges. L’animateur dédie donc le premier épisode de cette nouvelle saison au principe du réèl et à l’importance des faits, qui semblent tous deux échapper au nouveau Président. Le site de fact-checking Politifact estime qu’environ 70% des déclarations de Trump sont fausses.

L’émission se concentre sur 4 questions:

  1. Comment un menteur pathologique est-il arrivé à être élu?
  2. D’ou viennent les mensonges qui sortent de sa bouche?
  3. Pourquoi tant de personnes croient ce qu’il raconte?
  4. Que peut-on faire pour changer la situation?

A la première question, John Oliver nous rappelle que les mensonges de Trump n’ont rien de nouveau. L’homme a toujours menti, bien avant même sa carrière politique (promouvant par example dans les années 1980 que sa Trump Tower avait 68 étages, alors qu’elle n’en avait que 58). C’est aussi lui qui est à l’origine de la rumeur qui a forcé Obama en 2008 à publier son certificat de naissance pour prouver qu’il n’était pas né au Kenya – tout ceci, sans oublier les nombreuses fausses declarations lors de la récente campagne présidentielle à propos des immigrants, du taux de chômage ou encore du taux de croissance.

La deuxième question, qui concernait la source des informations de Trump, nous amène à un trait de personnalité clé du personnage. Trump n’est pas connu pour lire les journaux, mais pour passer beaucoup de temps devant la télévision – en particulier, devant la chaîne conservatrice Fox News. Il lit aussi Breitbart, le site de fake news fondé par son nouveau bras droit, le controversé nationaliste Steve Bannon. Parmi les articles de Breitbart, on peut trouver des petites perles de rhétorique rétrograde comme Les contraceptifs rendent les femmes moches et folles, ou Le Planning Familial a été fondé par des racistes et des nazis. Un autre site de fake news dont le nouveau Président est friand est Infowars, dont le fondateur Alex Jones est une personne assez effrayante qui aime hurler en direct sur son plateau qu’Obama et Hillary Clinton ‘détestent la prospérité, détestent Dieu, détestent les enfants et doivent brûler en enfer‘. Alex Jones pense également que les attentats de Boston et de Sandy Hook (où 20 enfants sont morts sous les balles d’un fou) sont des conspirations du gouvernement pour instaurer des lois anti armes à feu plus restrictives.

Voilà, c’est ca le genre d’informations auxquelles Trump croit et qu’il retweete sans fact-checker – donnant ainsi à ces non-sens une visibilité encore plus importante.

Ce qui nous mène au troisième point. Pour les gens qui lisent les mêmes sources que lui, Trump ne ment pas, mais au contraire est le seul à dire la vérité. Une sorte de cercle vicieux où chacun se nourrit des fausses informations des autres, si vous voulez. Et pour casser ce cercle, John Oliver a eu ce qui pourrait être la meilleure idée du siècle.

On sait que Trump ne lit pas les journaux, mais regarde la télévision. L’équipe de Last Week Tonight a donc acheté de l’espace publicitaire pendant les émissions du matin qu’il regarde, pour y diffuser des spots dans lesquels un cowboy revient sur les fondamentaux du savoir d’un adulte: qu’est-ce que la puissance nucléaire, la convention de Genève, le réchauffement climatique, comment le taux de chômage est calculé – et même, comment placer le clitoris.

Oh comme tu nous as manqué, John.

More from The Rapporteuse

Quand la Maison Blanche Appelle Ses Fausses Déclarations Des “Faits Alternatifs”

Samedi 21 janvier dernier, le tout premier jour de sa candidature, Donald...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *