La Russie Confirme Qu’Elle Etait en Contact Avec l’Equipe de Trump Pendant la Campagne Présidentielle

Un important diplomate Russe vient de confirmer que le pays était en contact avec l’équipe de Trump pendant la campagne présidentielle Américaine, dans une interview accordée à l’agence de presse Russe Interfax. “Il y a eu des contacts” assure Sergei Ryabkov, même si celui-ci ne cite aucun nom. “Je ne peux pas dire que c’est le cas de tous les alliés de Trump, mais certains ont définitivement été en contact avec des représentants Russes”. On pense par exemple à Michael Flynn, potentiel futur Ministre de la Sécurité Intérieure qui a échangé des appels et des messages pas tout nets avec un ambassadeur Russe à plusieurs reprises depuis l’élection présidentielle. Ou à ce cher Rex Tillerson, proche de Putin et ancien PDG d’ExxonMobil, que Trump a nommé prochain Secrétaire d’Etat du pays, sans avoir aucune experience dans le domaine public – ce n’est pas comme si les autres choix de ministres avaient beaucoup de sens, mais celui-ci atteint un niveau d’absurdité qu’on ne pensait pas possible. (Ignorez ma dernière phrase. On apprend sous Trump que tout est possible).

Le futur président, après avoir nié tout lien avec la Russie depuis que le CIA, le FBI et quinze autres agences de renseignement ont annoncé il y a quelques semaines qu’un piratage avait bien eu lieu, a enfin affirmé hier qu’il reconnaissait ces accusations valables – sans en reconnaitre ni l’impact sur les élections, ni en dire plus sur d’éventuelles sanctions.

Alors oui. Techniquement, les machine à voter n’ont pas été piratées. En revanche, il n’y a aucun doute que la divulgation d’emails du parti démocrate à propos de Bernie Sanders, ou les constants faux rebondissements concernant ceux envoyés par Hillary d’un serveur privé alors qu’elle était Secrétaire d’Etat, ont favorisé l’impopularité de la candidate. Un membre des services secrets Américains (qui reste anonyme) explique dans un article de Reuters: “Putin a mené une campagne sophistiquée faite de cyber attaques, d’espionnage, de propagande et de fake news pour favoriser l’élection de Trump, et cela serait étonnant qu’il ne fasse pas la même chose lors des prochaines élections en Allemagne ou en France cette année”.

Alors on a du mal à croire que Trump accuse vraiment la Russie. Ce qui s’est probablement passé, c’est que les Républicains conservateurs n’ont pas dû beaucoup aimer que le futur Président contredise les agences de renseignement du pays (qui travaillent pour lui, en l’occurence) et qu’ils ont du lui rappeler gentiment que son titre le forçait à avoir une position claire sur la situation. Services secrets = amis. Pays étranger = ennemi. Et pas l’inverse. Le fait que certains Républicains, qui voulaient incarcérer Hillary pour avoir envoyé des emails d’un serveur privé alors qu’elle était Secrétaire d’Etat, sont les mêmes que ceux qui se font tout petit lorsqu’un pays étranger – ennemi historique – pirate les élections, est assez hilarant au passage.

Seulement quelques Républicains osent parler de l’incongruité de la situation, et évidemment, ce ne sont pas des proches de Trump. John McCain (Sénateur d’Arizona) et Lindsey Graham (Sénateur de la Caroline du Sud) expliquent par exemple lors d’une interview sur NBC News:

John McCain: “Ça fait longtemps que la Russie essaye d’avoir un impact sur les élections.”

Lindsey Graham:  “Donald Trump a peur qu’une enquête sur les actions de la Russie discrédite sa légitimité en tant que Président. Ce n’est pas ce qu’on essaye de faire. Ce qu’on essaye de faire, c’est d’identifier exactement ce qui s’est passé, pour que ça ne se reproduise pas dans le futur. C’est important de rassurer les Américains sur le fait qu’un pays étranger ne peut pas mettre son nez dans nos affaires. Et concernant les Républicains que ne s’insurgent pas contre ce qui s’est passé: vous n’êtes ni Républicain, ni patriote.”

John McCain: “Si la Russie arrive à infiltrer nos systèmes, elle peut aussi couper nos satellites ou nos centrales électriques. C’est un vrai danger pour le pays.”

Même Mitch McConnell, ultra-conservateur de 74 ans et chef de la majorité au Sénat, explique que “les Russes restent un adversaire majeur, et ils viennent de le prouver en mettant leur nez dans nos élections.” Celui-ci n’exclue d’ailleurs pas des sanctions contre le pays, sanctions qui viendraient s’ajouter à la decision d’Obama d’expulser des Etats-Unis 35 diplomates Russes il y a quelques semaines.

Dans un souci d’unité, les représentants de Trump assurent aujourd’hui que Trump reconnait que le piratage des emails du parti Démocrate venait bien des Russes, et qu’il pourrait y avoir des repercussions. Un discours qui n’est pas vraiment en accord avec le compte Twitter du Président, qui vient de publier “avoir une bonne relation avec la Russie est une bonne chose, pas une mauvaise chose. Seulement les gens ‘stupides’, ou les idiots, pensent que c’est une mauvaise chose!“. Alors on est un peu perdu, mais ce n’est pas la première fois qu’il nous fait le coup – et j’ai comme l’impression qu’on va devoir s’y habituer.

 

More from The Rapporteuse

Les Républicains Viennent de Supprimer la Seule Institution Luttant Contre le Piratage des Elections aux USA

Cet après-midi, les Républicains ont voté un texte de loi visant à supprimer...
Read More

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *